Articles

La Fondation Positive Planet, présidée par Jacques Attali, lance aujourd’hui une plateforme de contributions citoyennes qui marque le départ d’une vaste opération : les Etats généraux des générations futures — en anglais Up For The Planet.

Cette plateforme internationale vise à recueillir les contributions de tous ceux qui, quelle que soit leur origine — pays, condition sociale, sexe, âge — veulent être une force de proposition pour réformer la manière d’affronter les problèmes de la planète. Elle va recueillir les arguments et les propositions des internautes du monde entier jusqu’en février 2018 sur trois thèmes :

Au terme de cette phase d’échanges, de discussions et de votes, 20 propositions seront défendues devant les dirigeants du G20. La Fondation Positive Planet s’engage sur plusieurs points :

  • Retenir une vingtaine de propositions citoyennes dans leur rapport final, sur la base de critères de faisabilité, d’impact et d’applicabilité dans les pays du G20 ;
  • Intégrer l’ensemble des contributions dans une synthèse qui sera rendue publique sur la plateforme ;
  • Apporter un retour argumenté sur les 3 propositions les plus soutenues pour chaque question, qu’elles soient retenues ou non dans la sélection finale.

Pour participer à l’opération : https://fr.upfortheplanet.org/

Cyril a eu le grand plaisir d’intervenir lors du Positive Economy Forum en fin de semaine dernière, dans le cadre d’une conférence intitulée « Les Etats Généraux des générations futures. Co-construire un monde positif », en présence de Jacques Attali, président de Positive Planet, Nouhad Awwad, activiste environnementaliste, Thomas Friang, directeur des Etudes et du Plaidoyer international de Positive Planet et Darío Celaya Alvarez, chef de chancellerie à l’ambassade argentine en France.

Nous avons pu exprimer sa joie de profiter de cette opportunité pour démarrer l’internationalisation de la plateforme Capco grâce à un projet aussi ambitieux, qui veut faire participer les citoyens du monde entier à une vaste réflexion sur les générations futures.

En marge de cette conférence, il a pu également présenter notre motivation à participer à ce projet.

 

Verbatim

Bonjour je suis Cyril Lage, président de Cap Collectif, qui est une « civic tech » — c’est-à-dire une start-up qui utilise le numérique pour moderniser le fonctionnement, notamment, de nos institutions politiques. Cette société, nous l’avons créée en 2014, après une première expérimentation qui s’appelait Parlement & Citoyens, qui visait à expérimenter une méthode de rédaction collaborative de la loi, qui a connu un grand succès et qui a attiré l’attention de beaucoup de décideurs.

On a créé cette start-up à la fois pour assurer la continuité du projet Parlement & Citoyens, qui un projet bénévole, et aussi pour essaimer le concept dans d’autres univers.

Notre motivation à l’origine c’est bien une préoccupation du futur, et le constat qu’on est aujourd’hui des millions à rêver d’un monde meilleur, tant social qu’économique ou environnemental, mais pourtant la situation ne fait que se dégrader.

Notre conviction c’est que dans la fabrique de la décision, la « masse », nous, les gens, ne sommes pas présents et que seule une minorité d’acteurs, qu’on appelle les lobbies, ont le droit de citer dans les négociations.

Notre objectif c’est donc, avec cette plateforme et notre démarche, non pas de contester les politiques ou les lobbies qui sont présents, mais de faire en sorte que leur participation devienne transparente et que les citoyens gagnent ce même droit de participer.

Donc lorsque s’est présentée la proposition de participer aux Etats généraux des générations futures, on a immédiatement plongé et décidé de soutenir le projet puisque c’est notre objectif de départ.