Paris, 13 juillet 2018 — Nous décidons finalement de nous poser là, tranquillement, sandwich à la main, dans une zone qui attend son tour. La lumière chaude tombe en biais à travers les antiques stores en alu et élime un peu plus la moquette d’époque posée sans conviction. Le temps murmure en silence. L’immense espace a été vidé de sa substance, de ses tables, de ses néons éblouissants, de ses murmures, des roulettes de ses fauteuils hésitants sur le lino d’un autre siècle. Notre réunion peut commencer, telle une anomalie posée dans un miroir de la réalité endormie. Sur le mur du fond, nous projetons la lumière artificielle de nos rêves électriques comme nous projetons les visions de nos discussions constructives. La gravité fait face à la suspension.


 

Paris, 22 juin 2018 — La décision est prise au petit matin. Pierre se charge du ravitaillement. Le soleil est déjà brûlant. Un spreadsheet est diffusé en 20 secondes sur le channel « Gastronomie ». Slack slack slack, tout le monde dit ce qu’il veut boire et manger. Au « qui paie quoi et comment », Paypal et Lydia se tirent la bourre. Le « Pay What You Want » est instauré. La plancha est sortie en plein cagnard. La température monte encore. Elle fait rapidement sauter la rallonge. Les parasols sont déployés, les couverts tintent contre les verres, le vent presque agréable colporte les petits parfums gras des merguez et des steaks végé. Les conversations se mélangent, la diversité cacophone, les rires scintillent, le rosé rafraîchit. Sous les yeux impassibles du Chef de la journée.


Paris, 5 juin 2018 — Malgré la menace grisonnante de l’orage dans le ciel parisien en cette fin d’après-midi, la tentation est aussi forte que l’air est doux. Notre terrasse solitaire, sereine, massive, nous nargue du haut de ses 180 m2. Maxibiz tire la rallonge de 20 mètres embobinée sur elle-même jusque sur la table de banquet où nous préférons habituellement trinquer la bière glacée et partager la rigolade. Le téléphone « fixe » suit le mouvement, un peu déboussolé de prendre l’air. Les chips crépitent machinalement. Les Macs se rassemblent autour de ce nouveau lieu de pouvoir. Les voix retombent vite, laissant la place au cliquetis des claviers, au roucoulement des colombes et à la petite brise fraîche.