Mardi 16 juin dernier, nous avons eu le plaisir de co-animer avec Christelle Roy, Vice Présidente Stratégies et Développements de l’Université de Strasbourg, un webinaire dans le cadre d’un cycle de webinaires organisé par le mouvement de la happytech, que nous avons rejoint fin 2019.

L’Université de Strasbourg est engagée dans une démarche de fond qui vise à inclure davantage ses parties prenantes dans le fonctionnement de son organisation. C’est à ce titre que nous avons accompagné l’année dernière la mise en place de la démarche participative Cap 2030, qui a associé pendant 6 semaines personnels, enseignants-chercheurs, enseignants, chercheurs et étudiants à la construction d’une vision partagée de l’établissement pour les dix années à venir.

S’il s’agissait alors d’une démarche plutôt prospective, le contexte de sortie de crise actuel a amené l’équipe dirigeante à envisager une autre démarche participative, plus opérationnelle celle-là, afin d’obtenir un retour d’expérience sur la gestion de la crise au sein de l’établissement.

Comment nos organisations de travail ont-elles traversé la crise ?

C’est une question qui mérite qu’on prenne le temps de se la poser, et la période actuelle est le bon moment pour cela ! Le confinement puis le retour progressif sur le lieu de travail sur fond de crise sanitaire ont donné lieu à des remises en question et à des adaptations inédites dans nos organisations de travail.

Interroger la manière dont notre organisation a réagi à la crise permet d’en dresser un premier bilan collectif, d’identifier ce qui a bien fonctionné ou moins bien fonctionné et ainsi d’améliorer l’existant (y compris pour être mieux préparés vis-à-vis d’une prochaine crise éventuelle, sanitaire ou non). C’est dans cet objectif que l’Université de Strasbourg a ainsi lancé le 9 juin dernier une consultation au sein des différentes structures de l’établissement (composantes, unités de recherche, services), ce qui représente près de 200 personnes. Des étudiants seront également consultés grâce à des interviews permettant davantage de prendre en compte la diversité des interactions qu’il y a pu avoir lors de la période de crise.

Alors, comment réussir sa consultation “retour d’expérience” ?

D’abord, toute consultation doit répondre à une temporalité pour correspondre aux préoccupations et aux enjeux de l’organisation et des équipes. Même si l’exercice de consultation reste pertinent à chacun des jalons de la relance, il se pose la question de ce qui peut se faire tout de suite en cohérence avec le parcours de reprise spécifique de chaque organisation (une structure accueillant du public comme une université n’ayant évidemment pas les mêmes enjeux en la matière qu’une entreprise fonctionnant en B2B, par exemple).

Une temporalité qui dicte ses enjeux

Ensuite, derrière la première nécessité de la phase d’écoute qui pourrait tout à fait s’organiser sous la forme d’un sondage, nous préconisons l’usage de la consultation afin de dépasser le premier objectif de collecte des ressentis individuels et d’embarquer les équipes dans une véritable logique de résolution collective de problèmes.

sondage et consultation, 2 éléments liées

Pour être en mesure de tirer de cet exercice des pistes permettant mieux réagir en cas de nouvelles crises, là où le sondage atteindrait ses limites, la consultation sera plus à même de permettre à chacun de partager ses solutions, sa compréhension des points faibles et forts et sa vision de la façon dont il serait opportun d’évoluer pour s’adapter.

La consultation est alors non pas une simple demande d’avis mais devient une opportunité de travailler collectivement sur la recherche de solutions, l’amélioration des processus et des décisions.

Très concrètement, la consultation mise en place par l’Université de Strasbourg leur permettra par exemple, non seulement d’évaluer la qualité des dispositifs de gestion de crise (plan de continuité d’activité et plan de reprise d’activité) et leur connaissance par les équipes, mais aussi d’obtenir des pistes d’amélioration de leur part.

Les équipes n’ont pas toujours été associées aux décisions prises au plus fort de la crise compte tenu de l’urgence et des contraintes externes (directives venant directement de l’État par exemple), ce qui a pu générer frustrations ou incompréhensions dans leur travail au quotidien. Dans le contexte actuel qui est celui de la reprise, le fait de les associer à une telle réflexion collective sur le fonctionnement de leur organisation permet aussi de les (re)mobiliser !

Vous réfléchissez à l’organisation d’une démarche de retour d’expérience au sein de votre propre structure et souhaitez approfondir le sujet ?

Contactez-nous !

Le plastique, c’est (plus) si fantastique ! Depuis plusieurs années, Carrefour s’est ainsi engagé pour en réduire l’utilisation dans ses magasins. 

En mai 2018, le groupe a assuré que 100% des emballages de ses produits seraient valorisables dans une filière de recyclage ou de compostage d’ici 2025. 

En début d’année 2019, il a matérialisé son implication, au Ministère de la Transition écologique et solidaire, en signant le Pacte national sur les emballages plastiques, aux côtés d’autres distributeurs. 

Dès lors, des premières solutions concrètes sont apparues en magasin, comme l’opération “Apporte ton contenant” ou le remplacement des emballages plastiques de plusieurs fruits et légumes. 

Mission Zéro Plastique” s’inscrit dans ce mouvement. Ouverte du 30 octobre au 15 décembre, une consultation menée sur la plateforme de Cap Collectif a permis aux collaborateurs comme aux consommateurs de proposer de nouvelles solutions pour réduire le plastique.

Pourquoi impliquer le grand public ? 

C’est encore Carrefour qui répond le mieux à cette question : 

Nos consommateurs sont les premiers concernés par la modification de nos emballages. C’est pourquoi il nous a semblé nécessaire de les impliquer dans cette réflexion”. 

Mission Zéro Plastique est née de retours des consommateurs. Durant l’année 2019, plusieurs enquêtes auprès des clients du groupe et plusieurs remontées spontanées ont ainsi mis en évidence l’irritation du grand public face à l’utilisation massive de plastique. Les emballages des fruits et légumes, notamment bio, sont alors apparus comme le premier problème à résoudre. 

Les enjeux 

Mission Zéro Plastique a été bâtie à partir des remontées clients sur les principaux irritants en magasin et a intégré les premières initiatives menées par Carrefour. 

À l’heure de la recherche d’actions concrètes à mener, l’ambition du projet était donc double. Il s’agissait à la fois de co-écrire des solutions pour réduire le plastique pour et avec les participants, tout en soumettant à leur opinion les actions déjà réalisées ou testées par Carrefour. 

Ces objectifs ont dû également faire face à deux particularités : 

  • Permettre à tous les consommateurs, acculturés ou non au sujet de la réduction du plastique et du fonctionnement d’une grande enseigne, de pouvoir participer au même niveau ; 
  • Permettre de couvrir l’ensemble des plastiques utilisés en magasin, et remonter des solutions sur tous les fronts. 

Le dispositif 

Le dispositif participatif a été conçu pour répondre à ces impératifs. Trois modalités ont donc été imaginées. 

1. Un questionnaire rapide pour les plus pressés 

Composé de 6 questions, il a permis aux participants de donner un avis rapide sur l’utilisation du plastique en magasin et les solutions qu’ils souhaiteraient voir apporter, et cela en 3 minutes. 

Un des enjeux de ce questionnaire a été de proposer des questions claires et rapides, tout en ne négligeant pas la qualité des réponses obtenues et la pertinence des résultats finaux pour Carrefour. 

Parallèlement à la consultation, les participants avaient donc la possibilité de pointer les rayons auxquels ils prêtent davantage attention concernant l’utilisation de plastique, de proposer les solutions qu’ils mettent ou souhaiteraient mettre en oeuvre, ainsi que leurs préférences pour de futurs emballages plus écologiques. 

Cette modalité de participation, mêlant rapidité et concret, est aussi celle ayant reçu le plus de contributions (près de 66% du nombre total de contributions). 

2. Une consultation sur les solutions rayon par rayon

Sous la forme d’une multi-consultation rayon par rayon, cet espace a permis de regrouper à la fois les solutions déjà testées ou mises en place par Carrefour, ainsi que les nouvelles propositions des participants. 

Ces derniers avaient la possibilité de voter et argumenter sur les propositions existantes, et de proposer leurs propres solutions pour réduire le plastique. 

Chaque consultation thématique était accompagnée d’une page expliquant les besoins et impératifs de chacun des rayons concernés, ainsi que les raisons pour lesquelles le plastique avait jusqu’alors été privilégié. 

Ces espaces étaient nécessaires à l’objectif de pédagogie. En effet, les problématiques propres à la transition écologique, à la réduction des plastiques mais également à la gestion d’un magasin peuvent être difficilement compréhensibles. 

3. Appel à candidatures 

Une dernière modalité de participation a été créée afin de permettre aux participants de rejoindre le Club des Consommateurs Engagés, groupe de travail sur des actions en faveur de la qualité alimentaire et du commerce responsable. 

L’accompagnement de Cap Collectif

Pour cette démarche, l’accompagnement de Cap Collectif visait notamment à : 

  • Créer un processus répondant aux contraintes : il s’agissait de faire preuve de pédagogie sur un sujet plus complexe qu’il n’y paraît et de permettre l’expression de tous, y compris celles et ceux ne disposant pas de beaucoup de temps 
  • Imaginer un processus crédible et attrayant pour les participants, tout en leur donnant l’assurance d’une utilisation concrète de leurs contributions, grâce à la prise par Carrefour d’engagements tangibles 

Carrefour s’est ainsi fixé comme mission de : 

  • Réaliser et publier une synthèse exhaustive des contributions
  • Répondre aux 100 contributions les plus soutenues 
  • Rencontrer les auteurs des 10 contributions les plus soutenues 
  • Tester les meilleures propositions en magasin sous un an 
  • Expliquer et suivre les décisions finales

Le bilan 

En 47 jours, la plateforme a permis de comptabiliser 11 597 votes  et 5 743 contributions, tous projets confondus, dont : 

  • 3 797 réponses au questionnaire en 3 minutes 
  • 1 660 solutions et 11 597 votes, rayon par rayon 
  • 286 candidatures pour le Club des Consommateurs Engagés 

Les 4 185 participants ont joué le jeu de la plateforme : en plus de proposer des solutions qualitatives et pertinentes pour Carrefour, aucune contribution modérée n’a été recensée. 

Première étape des engagements pris : une synthèse des contributions a été réalisée. Sous la forme d’une infographie, elle reprend, les points positifs et négatifs notés par les participants, ainsi que les initiatives les plus plébiscitées proposées par Carrefour et par les participants. 

Rendez-vous cette année, pour tester les premières solutions !

Vous réfléchissez à l’organisation d’un budget participatif ou de toute autre démarche participative et souhaitez approfondir le sujet ?

Contactez-nous !

A l’occasion du salon Solutions RH de Lyon, nous avons convié Véronique Galaup, de la Direction Stratégie et Transformation de la Compagnie Nationale du Rhône, à un exercice particulier : celui de nous partager – lors d’un atelier ouvert au public et à l’échange – la démarche participative qu’ils ont mis en place avec Cap Collectif pour construire la stratégie avec les collaborateurs. 

Comment les collaborateurs se sont emparés de cette démarche ? Comment a-t-elle été construite ? Dans quel contexte et pour quels résultats ? Nous avons profité de ces 45 minutes d’échanges pour en savoir plus. 

Le contexte

La Compagnie Nationale du Rhône, premier producteur français d’énergie exclusivement renouvelable est une société anonyme d’Intérêt Général. Avec près de 1400 salariés, elle est constituée de métiers d’une diversité très importante sur des sites de production situés dans toute la vallée du Rhône.

La CNR construit son plan stratégique tous les 4 ans. Dans le cadre de l’élaboration du plan stratégique 2020-2025, le Comex a fait le choix fort de construire la nouvelle stratégie en mode participatif. 

Les enjeux et attentes

Plusieurs démarches avaient été mises en place par le passé : financement participatif, consultation publique, … mais celles-ci étaient plutôt tournées vers l’externe. Cette démarche interne a donc constitué une véritable nouveauté, reposant sur 2 objectifs : partager la vision de l’entreprise avec les salariés et enrichir le projet initial grâce aux contributions de tous.  

Un challenge à relever en tenant compte d’une triple complexité :  

  • Engager à tous les niveaux de l’entreprise
  • Permettre une compréhension des enjeux par tous à travers une démarche accessible
  • Se projeter sur le long terme puisque la consultation portait sur le projet 2030

Le dispositif

Pour être en mesure d’engager toutes les parties prenantes de l’entreprise, la CNR s’est engagée dans une démarche étalée dans le temps. Différentes approches complémentaires ont par ailleurs été déployées : des actions en présentiel (interviews, réunions de travail, séminaires, ateliers) se sont ajoutées à la mise en place de la plateforme participative de Cap Collectif.

Sur cette interface, accessible à tous les collaborateurs, 3 modalités de participation étaient proposées :

  • voter sur les propositions initiales du groupe
  • argumenter sa position
  • faire de nouvelles propositions

Le bilan

Avec 274 participants et plus de 500 inscrits sur la plateforme, c’est près de 40% des collaborateurs qui ont participé à la démarche. Une mobilisation très forte qui a généré beaucoup d’échanges au sein de l’entreprise.

Plus satisfaisant encore, les contributions ont été tout à fait pertinentes –  sans qu’il n’y ait eu aucun besoin de recadrage ou de censure – et permettent un véritable enrichissement de la vision.  

Véronique conclut en partageant un avantage de la démarche que l’équipe projet n’avait pas imaginé : le simple fait de lire les propositions a permis à de nombreux collaborateurs de découvrir les problématiques auxquelles sera confronté l’entreprise et a renforcé la légitimité des transformations à venir.

L’accompagnement de Cap Collectif

En engageant ses équipes de consultants aux côtés de l’équipe projet, Cap Collectif a permis à la démarche de se développer autour d’une méthodologie garantissant la qualité des résultats :

  • Le respect de l’anonymat sur la plateforme : pour garantir au participant une liberté de parole qui seule pourra lui permettre de partager son ressenti.
  • L’absence de modération a priori : les contributions ne sont pas soumises à un processus de validation avant d’être visibles sur la plateforme.
  • La mise en avant des engagements de la direction vis-à-vis des résultats afin de démontrer le sérieux de la démarche et susciter la participation (publication d’une synthèse des contributions, présentation des décisions finales, présentation de ce qui a permis d’enrichir la vision stratégique afin de mettre en évidence les apports de la consultation).

« Même si nous n’avions aucune certitude sur le résultat de la démarche, les équipes de Cap Collectif nous ont fourni un cadre méthodologique rassurant. Leur expérience a été précieuse pour éviter les écueils et proposer une consultation qui ait du sens par rapport à notre contexte et nos enjeux », conclut Véronique.

Vous réfléchissez à l’organisation d’une consultation d’entreprise ou d’un referendum d’entreprise ou de toute autre démarche participative et souhaitez approfondir le sujet ?

Contactez-nous !

Depuis longtemps un enjeu important pour les communes, la démocratie participative s’invite également de plus en plus à l’échelon départemental pour rendre l’action publique plus efficace en mobilisant l’intelligence collective des citoyens et acteurs des territoires.

Depuis 2017, avant le vote de son budget annuel, la Corrèze consulte chaque année ses habitants sur les grandes orientations budgétaires du département. D’autres départements, comme les Deux Sèvres, la Meuse ou la Charente organisent des budgets participatifs permettant aux habitants de proposer des idées concrètes pour leur territoire.

L’exemple de Phosphor’âge : un projet participatif pour agir contre l’isolement dans le Nord

Découvrez en vidéo le témoignage du Conseil Départemental du Nord sur son projet « Phosphor’âge » , un appel à initiatives lancé en 2019 sur tout le territoire pour faire émerger des projets innovants et co-construits visant à lutter au plus près du terrain contre l’isolement des personnes âgées :

La plateforme numérique de Cap Collectif a permis de donner un véritable coup de projecteur à « Phosphor’âge » et d’amorcer une dynamique collaborative en ligne, avant même les ateliers de co-construction organisés en présentiel par le Département. En effet, chacun pouvait consulter librement sur la plateforme les idées proposées par les porteurs de projet, leur apporter un soutien (matérialisé par un vote) ou encore proposer des mises en relation ou des améliorations aux idées via un fil de discussion.

Au final, plus de 40 projets ont émergé de cette dynamique participative, que le Département entend soutenir et valoriser en y consacrant un budget conséquent (près d’un million d’euros) ! Avec plus de 3000 participants au compteur, c’est un bel exemple de mobilisation des habitants, associations et professionnels autour d’un enjeu sociétal qui nous concerne tous.

Vous avez un projet pour votre Département ? 

Nos équipes sont à votre disposition pour en parler, n’hésitez pas à nous solliciter pour une démo ou un devis. 

NOS TARIFS
CONTACT

La célèbre enseigne nordiste d’articles de sport cultive une véritable culture d’entreprise axée sur la responsabilisation de ses collaborateurs. Ces valeurs résolument tournées vers l’humain ont d’ailleurs été récompensées par un prix Great Place to Work en 2017.

Les valeurs de l’entreprise reposent sur la reconnaissance du droit à l’erreur, la valorisation de l’esprit d’initiative mais aussi par des déclinaisons concrètes dans les attitudes et le comportement de chaque collaborateur. 

Désireux de maintenir ses règles de savoir-être au goût du jour, c’est sur ce dernier point que Decathlon a fait appel à Cap Collectif pour mettre en place une grande démarche de concertation auprès de ses collaborateurs en France, en Belgique et au Canada. 

Sur ces problématiques qui touchent le quotidien de l’ensemble des collaborateurs, la flexibilité de la plateforme Cap Collectif et l’accompagnement de son équipe conseil ont permis de préparer la démarche de manière optimale pour inclure efficacement les principaux intéressés dans le processus de réflexion et de décision. 

Ce qui fait la différence  

  • Une plateforme polyvalente avec 8 modules participatifs pour construire une démarche la plus adaptée aux besoins de nos clients,
  • La création d’un site personnalisé pour présenter et valoriser la démarche et garantir le meilleur taux d’embarquement des collaborateurs,
  • Un accompagnement sur mesure qui repose sur une expertise méthodologique et 5 années d’expérience dans la conception de démarches d’intelligence collective,
  • La capacité de mettre en place un projet d’ambition internationale avec plusieurs langues proposées. 

Vous avez un projet ? 

Nos équipes sont à votre disposition pour en parler, n’hésitez pas à nous solliciter pour une démo ou un devis. 

NOS TARIFS
CONTACT