Depuis 18 mois, nous avons le privilège de recevoir régulièrement des personnalités du monde entier qui viennent partager avec nous quelques précieuses minutes sur leur vision de la démocratie, leurs pratiques, leurs espoirs. Ils viennent également puiser dans nos diverses expérimentations, pour mieux entrevoir la manière dont ils pourraient à leur tour imaginer des dispositifs de consultation avec la population de leur pays.

Nous avons ainsi pu partager avec Serhiy Leshchenko, jeune député ukrainien et ancien journaliste d’investigation, l’un des organisateurs des fameuses manifestations de la place Maiden à Kiev. En tant que parlementaire, il s’est évidemment montré très intéressé par notre « bébé » Parlement & Citoyens et par l’expérience gouvernementale du projet de loi République numérique. Il en est allé de même avec Lu Sun-ling, la plus jeune députée de Taïwan, qui a montré une détermination convaincante à disséminer ce type de pratique au cours de son mandat. Et la discussion que nous avons eue avec Kalle Palling, également député trentenaire de la fascinante Estonie, a très rapidement tourné autour de l’impact du numérique dans la vie politique.

Au chapitre des personnalités « citoyennes » qui ont mis un pied très ferme dans la politique, nous avons été particulièrement impressionnés par le caractère déterminé de Dmitry Gudkov et Ranju Darshana. Le premier, annoncé par la presse française comme le « caillou dans la chaussure de Poutine », vise la mairie de Moscou. La seconde, tout juste âgée de 22 ans, a terminé 3ème dans la course à la mairie de Katmandou. Ceux-là sont promis à un avenir spécial dans leur pays, c’est certain. Ils ont en tout cas beaucoup d’ambition.

Les activistes de la société civile ne sont pas en reste pour tenter de bouleverser le quotidien à leur niveau. C’est ainsi que nous avons eu le plaisir d’échanger avec Shahla Ismayil, qui dirige en Azerbaidjan une ONG promouvant l’encapacitation des femmes dans un pays où l’exercice de la démocratie est une sorte de sport. Elle a beaucoup aimé le principe des budgets participatifs et n’écarte pas l’idée de tenter l’expérience localement. Hery Rason, pour sa part, a co-fondé le MIEL, pour Movement for Election and Leader Integrity, une plateforme d’organisations citoyennes qui vise à promouvoir l’émergence de leaders intègres à Madagascar.

Nous avons tous, en commun, une passion raisonnée, ambitieuse, sincère et puissante : celle de changer le monde en changeant les modes de décision. En proposant une alternative fondée sur la bienveillance et l’intelligence collective. En imposant la transparence comme modèle nécessaire à la prise de décision publique. On ne se lassera donc jamais de constater que cette volonté est un mouvement massif, global et inéluctable.

 

Aujourd’hui mardi 6 février est notre dernier jour au 18 avenue Parmentier à Paris. Après avoir partagé, durant notre enfance de start-up, des locaux, des apéros et des GIF animés pourris sur Slack avec les équipes de JoliCode, Digital Ping Pong et Monsieur Biz, nous prenons désormais nos quartiers en solo au 25 rue Claude-Tillier, à deux pas de la place de la Nation.

Cette émancipation est le résultat d’une évolution naturelle. Entre juillet 2014 et février 2018, l’entreprise Cap Collectif est passée à un effectif de 17 salariés, dont six rien qu’en janvier de cette année. Le petit espace que nous occupions n’était plus dimensionné pour nos ambitions ni pour les moyens de celles-ci.

Quiconque a semé des privilèges doit recueillir des révolutions.

C’est donc sous l’égide — relative — du pamphlétaire Tillier que nous poursuivrons notre mission : changer le monde. Avec quelques réalisations à venir dans les prochaines semaines : un budget participatif pour les villes de Lille, Le Mans et Santeny, une consultation pour la République de Genève et le Parlement de Wallonie, une boîte à idées pour la ville de Paris, un questionnaire pour le Secours Catholique… sans parler du lancement imminent des Etats généraux de la bioéthique !

Bref nous déménageons demain, jour de fête pour les Eugénie, bafouant le dicton populaire : « à la Sainte-Eugénie, petit oiseau, reste dans ton nid ». Mais nous continuerons de vous raconter notre petite histoire au fil de l’eau, peu ou prou dans les cartons, mais toujours avec plein de bienveillance, de persévérance et de détermination 🙂

Pour la troisième fois consécutive, le tirage au sort que nous effectuons chaque mois parmi nos abonné(e)s de la newsletter a désigné une femme pour remporter un magnifique goodie objet de collection Capco.

Girl Power. C’est d’autant plus étonnant que la proportion de femmes dans la base de données tourne autour de 40 %, donc la probabilité que trois femmes différentes soient tirées au sort trois mois de suite est assez faible. Après le mirifique badge Capco, l’élégantissime sac en toile, c’est donc notre splendide tasse de la civic tech fabriquée avec amour qui partira vers des cieux féminins pour célébrer notre newsletter de janvier.

Le tirage au sort s’effectue chaque mois selon la même procédure :

  1. Nous procédons à une extraction de la base de données des abonné(e)s à la newsletter Capco via Mailchimp.
  2. Nous soustrayons de cette base les salarié(e)s de Capco et leur famille ^^
  3. Nous procédons à un tri sur la colonne la plus imbitable possible que nous délivre le fichier CSV : le champ « EUID ».
  4. Nous attribuons un numéro à chaque ligne selon ce nouveau classement.
  5. Un tirage au sort est alors effectué sur Slack, où le (ou la) salarié(e) le plus prompt est requis pour fournir un chiffre au hasard entre 1 et N (nombre de lignes dans le fichier).

Au départ, la newsletter Capco était réservée à nos clients pour les notifier des nouveautés de la plateforme, puis nous avons décidé d’étendre le contenu de notre lettre d’information à l’actualité de notre communauté et de l’entreprise elle-même, en partageant l’agenda de tous les salariés. Cette newsletter a vocation à être donc ouverte au monde et à offrir de manière transparente une fenêtre vers notre petite start-up.

Nous remercions nos 240 premiers abonné(e)s de l’intérêt qu’ils manifestent pour Capco et nous invitons les autres à s’abonner dès aujourd’hui pour avoir la chance de remporter chaque mois un objet mystère au goût sûr et distingué !

Passé le petit bilan des fêtes, derrière nous l’ivresse du passage à la nouvelle année et de ses nouveaux venus, nous revoici chevauchant notre petite licorne bienveillante pour disséminer la bonne parole dans nos vertes contrées.

D’ici la semaine prochaine l’équipe se sera étoffée de cinq nouveaux capcoboys & girls, nous rapprochant inexorablement d’un déménagement vers des locaux convenant mieux à nos besoins. Le temps presse ! Nous avons six lancements de plateformes à réussir en janvier — dont le Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) de Bruno Le Maire, la plateforme consultative du Conseil économique social et environnemental (CESE) et le budget participatif de la Ville de Lille.

Si des décideurs aussi variés qu’un ministre, une assemblée de la République ou une collectivité territoriale se lancent — ou continuent de se lancer — dans des projets participatifs d’envergure (et nous sommes plus que ravis de pouvoir les accompagner) c’est qu’un point de non retour a été atteint l’an dernier. Tandis que certains experts se questionnaient sur le réel impact de la civic tech entre les séquences électorales, nous avons pu constater sur le terrain que le discours que nous tenons depuis 4 ans commence à germer.

Comme nous le disons souvent, il reste à ne pas s’endormir sur de maigres — quoique vaillants — lauriers. Nous ne vivons pas dans le monde de Oui-Oui. Pour que la démocratie soit autre chose qu’un rendez-vous (pour paraphraser nos amis de Datagueule), nous devons tous nous convaincre de la pertinence de notre expérimentation collective. Ce qui implique une rigueur sans faille dans l’élaboration de ces processus méthodologiques conduisant à la prise de décision. Ce qui signifie une implication renouvelée des décideurs qui portent la responsabilité de la mise en place et de l’exécution de ces projets. Ce qui nous responsabilise aussi en tant que citoyens : celui d’interpeller les responsables politiques, les dirigeants, les élus à mettre en place pour 2018 de nombreuses séquences de co-construction avec la population.

Les outils existent : il faut juste les utiliser.

Toute l’équipe Capco vous souhaite une merveilleuse année démocratique !

Que vous soyez branché(e) Abraham Lincoln, Charles de Gaulle, Georges Clemenceau, Ségolène Royal, Winston Churchill, Jacques Chirac, François Bayrou, François Mitterrand ou Pierre Mendès-France, on espère que vous apprécierez notre modeste vidéo de bons voeux 🙂

La petite coupure d’entre les fêtes va faire du bien à toute l’équipe après un dernier trimestre complètement dingo. C’est le bon moment pour jeter un oeil dans le rétroviseur et dresser un bilan de cette année 2017 qui a tenu toutes ses promesses.

Les feuilles de route des différents pôles sont désormais bouclées, et nous savons donc — pour ce que nous pouvons maîtriser en tout cas ! — dans quelle direction nous allons. Nous gardons évidemment les surprises pour nous. Et nous pouvons également annoncer un investissement massif dans la plateforme en tant que telle : recrutement de développeurs, polissage de l’infrastructure, lustrage du code, graissage des jointures… et évidemment mise en orbite de très nombreuses nouvelles fonctionnalités.

Le bichonnage de notre bébé est la résultante d’une année 2017 riche en lancements et des prévisions d’une année 2018 encore plus folle : rien qu’en janvier seront propulsés les budgets participatifs de Clermont-Ferrand et Lille, des consultations pour le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE), l’Agence Française de Développement (AFD) et Pôle Emploi, des Etats généraux de la bioéthique, un Plan Croissance Entreprises du Ministère de l’Economie… et c’est sans compter sur nos petits voyages déjà programmés en Suisse et en Belgique 🙂

L’année 2017 restera à jamais un beau et grand souvenir dans la petite histoire de la start-up. Non seulement nous avons reçu le témoignage de la confiance portée à notre plateforme à travers le Trophée Participation & Concertation, le Trophée de l’Innovation Politique Européenne et notre indexation dans le classement Génération French Tech, mais c’est aussi l’année où nous avons franchi le seuil (très) symbolique du million de votes sur nos instances. Où nous avons franchi le seuil des 300 000 contributeurs et des 150 000 contributions.

Bien sûr, il ne s’agit que de 0,7 % de la population en âge de voter : on est encore loin de la généralisation de ces projets participatifs. Mais les signes d’une évolution inexorable de cette participation sont visibles, bien au-delà des nombres.

Quelques centaines de milliers de personnes ont choisi de participer à un processus décisionnel transparent : une consultation, un budget participatif, une enquête, une votation, un appel à projet, une boîte à idées… En bref un moment démocratique où l’intelligence collective a permis à un.e élu.e, un.e dirigeant.e, un.e responsable — que ce soit l’Etat, une collectivité locale, une ONG, une entreprise privée — d’améliorer la qualité et la légitimité d’une décision prise pour un collectif.

Un grand merci, donc, à ces innovateurs qui ont poursuivi leur partenariat ou rejoint la communauté Capco cette année !

Gouvernementsle Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation — le Ministère de l’Éducation nationale — le Ministère des Outre-mer — le Ministère de l’Action et des Comptes Publicsle Ministère de la Transition écologique et solidaire — le Secrétariat d’Etat au Numérique — le Gouvernement du Québec

Collectivités territoriales : la Région Centre-Val de Loire — la Métropole Européenne de Lille — le département de Loire-Atlantique — les départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines — la Région Île-de-France — la Ville d’Orléans — la Ville de Rezé — la Région Bretagne — la Ville de Montreuil — la Ville de Courbevoie

Autres : la CFDT — Benoît Hamon — Le Groupe La Poste — UFC Que Choisir — Admical — la Fédération Des Particuliers Employeurs De France — DAHER — Le Groupe Caisse des Dépôts —  l’Alliance Industrie du Futurl’Association Vélo Québecle Conseil national du numérique — les Musées d’Orsay et de l’Orangerie — la Fédération Française des Diabétiques — la Fondation Positive Planet 🙂

 


Et pour rester au courant de l’actu Capco, n’oubliez pas nos différents canaux de communication !
Newsletter, Twitter, Facebook, Linkedin, Instagram

Nous avons le plaisir d’avoir été sollicités cette année par Décider Ensemble pour devenir partenaire du baromètre de la démocratie locale numérique.

C’est une super occasion de participer à un excellent projet. Les collectivités territoriales sont au coeur de notre stratégie d’essaimage de la méthodologie Capco de co-construction de la décision. Depuis 2014, nous avons eu la chance de travailler avec de nombreux acteurs locaux, à toutes les échelles : villes, agglos, métropoles, départements, régions*. Cet été, nous avons lancé, parmi nos clients, un réseau de collectivités territoriales qui vise — entre autres — à trouver et partager les bonnes pratiques en matière de projets participatifs.

Quelles sont les pratiques des collectivités en matière de démocratie numérique ? Quels objectifs et missions sont alloués aux dispositifs participatifs en ligne ? Comment l’ouverture des données est-elle mise en place par les collectivités ?

Mis en place avec l’appui scientifique de Clément Mabi (Université de Technologie de Compiègne) et Gilles Pradeau (GIS démocratie et participation), cette enquête en ligne (qui contient 140 questions, autant dire la profondeur du baromètre) sera l’occasion d’établir un état des lieux des pratiques des collectivités en matière de démocratie numérique 🙂

* à ce jour : Mulhouse, Bayonne, Montreuil, Rezé, Courbevoie, Val de Garonne, Rennes, Grenoble, Orléans, Lille, Hauts-de-Seine, Corrèze, Loire-Atlantique, Occitanie, Ile-de-France, Bretagne, Centre-Val-de-Loire.

Photo CC-BY Frédéric BISSON

Nous avons gentiment arrosé notre 3e anniversaire hier soir après une journée de travail intense durant laquelle toute l’équipe a pris le temps de se poser toutes les questions qu’il est nécessaire de se poser pour de telles occasions.

D’abord, regarder le passé. Observer et analyser le boulot accompli depuis cet été 2014, moment où la décision est prise de fonder la start-up Cap Collectif pour pérenniser Parlement & Citoyens et essaimer sa méthodologie à d’autres secteurs de la société. Sollicités en permanence par des décideurs qui prennent conscience peu à peu — l’engouement actuel pour la « civic tech » le démontre — des enjeux fondamentaux et de la nécessité impérieuse de la participation, nous avons, honnêtement, beaucoup travaillé. Au risque de ne plus trop sortir de notre tanière. Aujourd’hui nous sommes cependant fiers du résultat et aussi conscients que l’escalier que nous gravissons, qui nous mène collectivement au bout de la mission, comporte de très nombreuses marches. Mais l’essentiel est d’avancer, palier après palier, et de conserver l’état d’esprit positif qui nous anime depuis le premier jour.

Regarder l’avenir, aussi. Bientôt Capco quittera le nid familial, le cocon offert par JoliCode pour nous permettre de nous épanouir. L’équipe s’est aujourd’hui étoffée, et va prochainement s’élargir encore en changeant de locaux et de dimension. L’introspection permet de détailler les failles et les forces qui font ce que nous sommes aujourd’hui et qui font ce que nous voulons devenir demain.

 

Sur la photo, de gauche à droite :
Solenn, Aurélien, Maxime, Maxime, Cyril, Thibaut, Coline, Nicolas, Pierre, Caroline.

Au départ, Cap Collectif souhaitait appliquer sa vision horizontale de la société à sa propre relation clients. Plutôt que compartimenter nos partenaires commerciaux dans des silos et de nous enfermer dans un rôle de simples prestataires de services, nous avons immédiatement décidé de penser le développement du produit de manière collective et collaborative : ce qui bénéficie à l’un bénéficie à tous.

C’est dans cet état d’esprit que de nombreuses fonctionnalités de la plateforme ont vu le jour, dont l’application du budget participatif — pensée spécifiquement pour la Métropole de Rennes — ou celle, plus récente, de la votation réalisée en accompagnement du Syndicat national des Masseurs-kinésithérapeutes Rééducateurs. Des produits désormais disponibles pour l’ensemble de la communauté.

Pour poursuivre sur cette voie, nous avons décidé de mettre sur pied un véritable réseau communautaire de clients, qui va se réunir pour la première fois le 13 juillet prochain. Les objectifs de ces réunions régulières sont nombreux :

Pour nos futurs clients

  • Créer une véritable communauté de praticiens dotés d’une expérience accumulée, pouvant décider nos prospects à franchir le pas.

Pour nos clients actuels

  • Offrir un service supplémentaire et développer la confiance et la proximité entre les équipes.
  • Faire progresser les clients dans la conception et l’animation de leurs consultations en facilitant les échanges pair-à-pair qui valorisent les bonnes pratiques, mais également en parlant librement des éventuelles difficultés qu’ils peuvent rencontrer.
  • Anticiper et mieux cerner les besoins des clients.
  • Offrir à nos clients une compréhension de nos évolutions d’organisation interne, qui leur permet de s’adresser ensuite aux bons interlocuteurs.

Pour la plateforme

  • Permettre une amélioration continue de la plateforme grâce à des retours utilisateurs réguliers et organisés.
  • Tester des hypothèses de développements ou de nouvelles applications.
  • Réaliser une meilleure planification des développements en recensant de manière plus fine les besoins des clients en matière de calendriers.

Ces réunions de réseau, qui débutent avec une focale particulière sur les collectivités territoriales, seront clairement l’occasion pour les membres de cette communauté de partager leurs expériences de praticiens de la participation citoyenne.

Durant tout le mois de janvier, nous avons décidé — avec un autre pionnier de la « civic tech », OpenDataSoft — de mutualiser nos technologies et notre savoir-faire pour accompagner les acteurs publics engagés dans la transition numérique et démocratique au sein des territoires. Pour cela, nous mettons à disposition gratuitement des plateformes simples d’emploi, permettant d’expérimenter avec et pour les citoyens les meilleures pratiques de “démocratie ouverte”, où transparence, participation et co-construction sont au centre du jeu.

Nous proposons donc un essai gratuit de nos plateformes aux 100 premières collectivités territoriales qui se manifesteront avant le 31 janvier 2017. Cet essai permettra d’utiliser pleinement toutes nos applications participatives pendant 6 mois, sans aucun engagement de la part du bénéficiaire, qui pourra quitter l’opération à tout moment, pendant ou au terme de l’offre.

Toute collectivité territoriale est éligible. Certaines ont déjà franchi le pas, puisque parmi les clients de OpenDataSoft ou ceux de Cap Collectif, on trouve déjà des acteurs des territoires comme la Région Occitanie, la Région Ile-de-France, la Métropole de Rennes, Grenoble-Alpes Métropole, la Communauté d’agglomération du Grand Poitiers, le Département de Corrèze, le Département de Haute-Garonne, la Ville de Roubaix, la Ville d’Issy-les-Moulineaux, la Ville de Bayonne, la Ville de Mulhouse…

Pour profiter de l’offre : promo2017@opendatasoft.com ou promo2017@cap-collectif.com 🙂

Rappel des avantages des plateformes :

Pour bien débuter cette nouvelle année un peu particulière, nous vous proposons une modeste infographie (voir plus bas) reprenant les chiffres-clés de l’activité de notre petite start-up depuis sa création en juillet 2014.

En deux ans et demi, notre plateforme composée (à ce jour) de six applications participatives, a permis à 250 000 utilisateurs uniques (soit environ 0,5% de la population adulte en France) de prendre part à un processus décisionnel et à un dispositif d’intelligence collective. C’est sans doute un détail pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup.

En effet, la méthode que nous avons validée en 2014 avec Parlement & Citoyens s’avère toute aussi prometteuse avec les autres instances de projets participatifs déployées auprès de nos différentes typologies de clients : ministères, collectivités territoriales, organisations professionnelles pour ne citer qu’eux.

En 2016, nous avons eu le plaisir d’intégrer de nombreux clients et de collaborer avec une grande variété d’acteurs :

Ministères

Collectivités Territoriales

Institutions

Organisations professionnelles

Ou encore…

 

2017 est parti en fanfare car nous sommes déjà en train de travailler joyeusement sur le lancement de deux nouveaux clients : la Métropole européenne de Lille et la Région Centre-Val-de-Loire. Deux collectivités territoriales qui se situent au coeur de notre stratégie de développement, dont l’un des axes est clairement d’outiller les gouvernances locales vers davantage d’implication citoyenne dans la prise de décision au niveau des territoires. Nous lancerons d’ailleurs cette semaine une offre exceptionnelle à destination de ce marché, gardez un oeil ouvert !