C’est l’un des aspects les plus évidents de toute démarche participative, et pourtant souvent le plus difficile à mettre en place : le droit de suite ! Comment organiser le retour aux participants une fois qu’ils ont apporté leur contribution ? Du mail de remerciement (une politesse élémentaire qui n’est finalement pas si fréquente dans les faits) aux comités citoyens de suivi et d’évaluation, les modalités et pratiques du droit de suite sont diverses, adaptables et pas toujours aussi contraignantes qu’on pourrait le croire. Il est temps de rendre ses lettres de noblesse à cet indispensable allié des démarches participatives…

Une démarche participative ? Oui mais après...

Depuis 2014, Cap Collectif accompagne de nombreuses collectivités territoriales sur la voie des consultations citoyennes et de la démocratie participative. Le retour d’expériences de ces collectivités et notre propre suivi des démarches passées ou en cours a permis de révéler un sujet d’enjeu majeur pour la participation : l’importance du retour aux participants et le suivi de la réalisation et de l’impact des actions réalisées dans le cadre de projets participatifs.

Cet enjeu a fait l’objet d’un groupe de travail au cours des derniers mois avec certaines de nos collectivités clientes afin de faire avancer la réflexion sur le sujet et identifier les pratiques existantes permettant de garantir le retour aux participants et leur satisfaction sur la durée. 

L’identification des pratiques existantes a permis de diviser le droit de suite en quatre finalités principales (présentées dans l’infographie ci-dessous) que chaque décideur peut s’approprier selon le temps dont il dispose, ses moyens et son envie d’aller au bout de la démarche.

Panorama des pratiques du droit de suite

La plateforme en ligne, votre première alliée 

Avant de partir à la conquête des pratiques les plus complexes du droit de suite, n’hésitez pas à débuter “petit”. Avant d’arriver à l’organisation de réunions publiques de plusieurs milliers de personnes, le droit de suite peut passer par un message de remerciement, l’envoi de mailings ou encore des articles sur le site internet de la collectivité. Pour les décideurs ayant lancé des démarches participatives en ligne, appuyez vous sur votre plateforme afin de commencer à mettre en place un suivi des informations, des actualités et pour garder contact avec les participants ayant donné leur accord pour être recontacté. Le droit de suite, ce n’est pas forcément de grandes actions, mais plutôt de petits gestes, réguliers, illustrant votre souhait de prendre des engagements et de les tenir. 

Frise d'avancement d'un projet participatif

Le cercle vertueux du droit de suite

La mise en place d’un droit de suite dans le cadre de l’organisation de démarches participatives devrait être un inconditionnel… Pourtant, une fois arrivé au bout du processus de participation, une fois les résultats annoncés, une fois l’espace de participation fermé, tout s’arrête et personne ne connaît le sort réservé aux projets lauréats du budget participatif de Partiville, aux idées retenues dans le cadre de l’appel à projets solidaires de Detoville ou bien l’impact de la consultation sur le Plan Climat lancé par Bourgaville.

Une démarche participative ne s’arrête pas et ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. Les citoyens ont fait leur part, ils ont participé… maintenant, c’est à vous de faire un pas en avant et leur montrer que vous les avez écoutés, que leurs avis ont été étudiés, que les engagements seront tenus. 

Les bénéfices qu’il est raisonnablement possible d’attendre de la mise en place d’un suivi des projets sont nombreux, à la fois pour les participants et pour le décideur :

  • (Re)créer de la confiance vis-à-vis du décideur : la transparence assumée par le décideur (même – et sans doute surtout – pour expliquer que telle proposition ne sera pas mise en oeuvre) est un signal fort envoyé aux participants qui ne s’attendent évidemment pas à ce que toutes leurs propositions soient mises en oeuvre les yeux fermés, mais qui attendent en revanche une explicitation des arbitrages rendus, 

  • Créer les conditions d’un engagement durable des habitants : l’implication des participants sur le long terme, notamment par des comités de suivi, les encouragent à s’approprier le projet et d’en devenir les premiers ambassadeurs,

  • Assurer le succès des démarches futures et limiter les effets d’usure de la participation. 

À vous de jouer !

 

Vous réfléchissez à l’organisation d’un budget participatif ou de toute autre démarche participative et souhaitez approfondir le sujet ?

Contactez-nous !

“C’est pas parce qu’on connaît par coeur tous les Bruce Lee qu’on est karateka » – Harvey Specter dans la série Suits

Qu’est ce qu’une bonne consultation ? Quels critères définir ? Comment le mesurer ? Ce sont des questions éminemment importantes mais qui ont le défaut de cantonner le débat à “ce qu’il faudrait faire” et ce faisant nous éloignent de la question du « comment faire” ? Ces questions étaient l’objet du 3e épisode de notre cycle de webinaires gratuit dédié à la participation.

Le secteur public et politique dans lequel nous opérons est un contexte fait de contraintes et d’obsession pour la communication. Il est probable que ce soit encore le cas pour quelques années encore et certains historiens pourraient même argumenter que dans la démocratie athénienne (largement fantasmée), il n’en était pas autrement. Il y a encore une acculturation importante à réaliser autour des principes et pratiques de la démocratie participative auprès des élus, services, citoyens. Mais la principale difficulté à laquelle sont confrontés les organisateurs d’une consultation n’est pas de définir sur le papier ce que serait une bonne consultation, mais bien de convaincre de leur pertinence et les mettre en oeuvre.

Comment reconnaître une consultation réussie ?

Personne ne peut affirmer que la qualité d’une consultation dépend de son nombre de participants. Et pourtant, premièrement, c’est bien ce nombre de participants qui donnera le crédit nécessaire à la démarche pour que la presse et les décideurs s’emparent des résultats. 

Deuxièmement, si une consultation fait un flop complet c’est qu’elle ne réunit  aucun des facteurs clés de succès d’une consultation en ligne massive. Il n’y a ni corrélation, ni hasard !

Personne ne peut nier que les consultations sont aujourd’hui souvent décevantes et frustrantes pour les participants qui peinent à savoir si leurs contributions ont été, d’abord lues, ensuite analysées, et enfin intégrées ou non à la décision finale. 

Sur ce point, nous souhaitons continuer à affirmer que l’exigence unique d’un organisateur de consultation est de rendre compte, et non de prendre en compte. La modification d’un projet ou d’une décision par une consultation reste bien l’objectif final mais il ne peut être exigé préalablement du décideur : c’est dans son intérêt autant que dans l’intérêt des participants mais cela ne peut être présenté comme une condition de réussite, imposable ou opposable aux organisateurs. 

La satisfaction des participants est absolument nécessaire, mais elle ne doit pas se faire “contre” la satisfaction des organisateurs d’une consultation si l’on s’accorde à considérer qu’une consultation est bien un outil d’aide à la décision et non une pétition agrémentée d’une ode au dialogue et à l’intelligence collective.

Comment réunir les conditions d’une consultation réussie ?

Aucune magie mais l’art délicat de réunir la plupart des facteurs clés de succès cités ci-après. Ne cherchez pas (et détendez-vous si vous êtes un organisateur), la consultation parfaite n’existe pas!

infographie sur la réussite d'une consultation citoyenne

Parmi les facteurs clés de succès d’une consultation, la question de la restitution, et plus largement du droit de suite, a été abordée lors de l’épisode 5 de notre cycle de webinaires.

Vous réfléchissez à l’organisation d’un budget participatif ou de toute autre démarche participative et souhaitez approfondir le sujet ?

Contactez-nous !

  • Comment favoriser le retour des équipes dans de bonnes conditions ?
  • Comment re-créer l’engagement autour du projet et de la mission de l’entreprise ?
  • Comment tirer les enseignements des mois de confinement pour identifier les forces et faiblesses de son organisation ?

Face à autant d’inconnues, dans un contexte inédit où nul expert ne peut prétendre détenir la vérité, la réponse ne peut être que collective.

Depuis 2014, à Cap Collectif, nous accompagnons les entreprises dans la construction de leurs démarches d’intelligence collective afin de faire émerger les meilleures solutions à des problématiques données et  développer la confiance et l’engagement au sein des organisations.

Au travers de ces webinars, nous souhaitons partager avec vous notre méthodologie de sortie de crise par le collectif capable de répondre aux enjeux actuels grâce à : 

  • l’intégration de toutes vos parties prenantes dans la résolution de vos problèmes
  • 3 scénarios de consultation possibles pour couvrir vos problématiques spécifiques
  • l’utilisation d’une plateforme numérique

Dates :

Mercredi 10 juin – 16h00 

Mercredi 24 juin – 16h00

Mercredi 8 juillet – 16h00

Durée : 40 min

Intervenant : Thibaut Dernoncourt, Directeur Conseil à Cap Collectif 


>>> Je m’inscris ! <<<

“Compter sur l’intelligence collective pour trouver les meilleures solutions ne doit pas être un luxe dans ce contexte” : c’est cette conviction forte qui nous avait amenée dès le début de la crise sanitaire à proposer gratuitement aux collectivités territoriales une plateforme de solidarité locale. Aujourd’hui, nous souhaitons étendre cette solidarité aux entreprises pour engager collaborateurs et parties prenantes vers les solutions de reprise d’activité. 

Les entreprises ont été confrontées avec le confinement à une situation de crise inédite mettant à la fois en question leurs modèles de management et leurs modèles économiques. 

La nécessaire question de la reprise d’activité impose désormais de nouveaux enjeux, qu’il ne sera pas possible de dépasser avec les solutions mises en place par le passé : 

  • Comment favoriser le retour des équipes dans de bonnes conditions ?
  • Comment re-créer l’engagement autour du projet et de la mission de l’entreprise ?
  • Comment tirer les enseignements des mois de confinement pour identifier les forces et faiblesses de son organisation ?

Face à autant d’inconnues, dans un contexte inédit où nul expert ne peut prétendre détenir la vérité, la réponse ne peut être que collective. Nous sommes plus que jamais convaincus que les démarches de concertation et d’intelligence collective sont les plus à même de faire émerger les meilleures réponses, tout en permettant l’adhésion et l’acceptabilité, deux préalables à une relance efficace. 

Bénéficier de notre plateforme d’intelligence collective gratuitement 

À Cap Collectif, nous souhaitons pleinement assumer notre mission de facilitateur de l’intelligence collective en mettant au service des entreprises notre expérience et nos outils afin de leur permettre de relever ces nouveaux défis. 

Depuis 2014, nous accompagnons les entreprises souhaitant associer leurs parties prenantes à leurs projets. De cette expertise forte qui nous a vu accompagner des acteurs tels que Carrefour, Colas, April, La Poste ou encore Decathlon, nous avons conçu une méthodologie de sortie de crise par le collectif capable de répondre aux enjeux actuels :

  • un dispositif pré-paramétré qui se déploie en 48h pour être en mesure de répondre immédiatement au besoin,
  • une démarche flash en 3 semaines pour pouvoir mettre en application les résultats à très court terme, 
  • la mise à disposition gratuite de la plateforme pendant la durée de la démarche flash pour tenir compte des contraintes budgétaires actuelles de la plupart des entreprises. 

Certains de nos clients tel que l’avionneur et équipementier Daher (avionneur et équipementier industrie et services) ont d’ores et déjà mis en place des démarches participatives afin de faire émerger les meilleures propositions des collaborateurs pour s’adapter. 

image 1 de l'article sur daher

Une méthodologie sur mesure : 3 scénarios pour des résultats concrets et applicables en 3 semaines

La démarche participative que nous proposons permet de dépasser l’exercice de simple recueil de témoignages pour aller vers un processus de résolution collective des problèmes qui engage et facilite l’émergence de solutions applicables. 

Nous vous proposons ainsi 3 axes de travail possibles (et éventuellement cumulables) pour mener votre diagnostic collaboratif : 

  • le bilan de votre gestion de crise et de vos plans de continuation d’activité 
  • l’analyse de vos forces et faiblesses révélées par la crise
  • l’analyse des évolutions pressenties de votre marché et de votre capacité à vous adapter

Avec, pour chacun des scénarios, un accompagnement en 3 étapes clés.

Vous réfléchissez à l’organisation d’une démarche participative et souhaitez approfondir le sujet ?

Contactez-nous !

Afin de contribuer à l’effort national de lutte contre le Covid-19, Cap Collectif a décidé au mois de mars dernier de mettre à disposition des collectivités territoriales un réseau social d’entraide. Avec succès, puisque 16 d’entre elles se sont saisies de l’opportunité pour organiser la solidarité sur leur territoire (voir l’exemple de la Ville de Paris ou du département du Calvados et/ou lire notre article pour un premier bilan de l’opération).

Une offre gratuite de 6 mois pour permettre aux collectivités de préparer la sortie de crise avec les habitants


Pour les collectivités, il s’agit désormais de réussir le déconfinement avec la nécessité de prendre les meilleures mesures possibles mais de travailler aussi à leur acceptabilité par la population. Sans adhésion de la population pour les semaines et les mois à venir, ces mesures ne seront pas ou peu appliquées.

C’est pourquoi Cap Collectif a décidé de rendre la totalité de sa plateforme participative gratuite pendant 6 mois (jusqu’à la fin du mois d’octobre 2020) pour permettre aux collectivités d’associer leurs habitants à des démarches participatives dans une perspective de sortie de crise. Consultations citoyennes, boîtes à idées, questionnaires… Les 8 applications proposées habituellement sur la plateforme sont désormais toutes accessibles pour vous permettre de mobiliser les habitants autour d’un projet collectif.

Mulhouse, Orléans, Bordeaux : de premières initiatives fleurissent 


C’est le cas de Mulhouse avec l’initiative #Mulhouse se réinvente qui a décidé de proposer aux habitants de partager leurs idées sur une plateforme à partir de 9 thématiques comme la Santé, la Solidarité, l’Économie ou le Travail. L’Agence de la Participation citoyenne de la ville programme ensuite des réunions en visioconférence pour débattre et identifier les projets à mener. 

De son côté, Orléans a décidé de proposer une grande opération de confection de masques à l’échelle de la Métropole. Les habitants s’inscrivent sur la plateforme et reçoivent alors un kit contenant du tissu et des bobines de fil pour permettre de confectionner 35 masques. 

La ville de Bordeaux, quant à elle, vient de lancer un appel à idées auprès des citoyens bordelais. Ces propositions accessibles à tous pourront être votées et/ou commentées afin de les prioriser et de les ouvrir le plus largement possible à la discussion. L’ensemble des propositions permettront de nourrir notamment la Commission citoyenne de crise sanitaire.

Contactez-nous


Vous souhaitez associer les habitants de votre territoire à la sortie de crise ? Vous souhaitez une démo de la plateforme ? Notre équipe reste mobilisée pour vous aider à lancer votre projet dans les 24h 🙂

Contactez-nous par email : [email protected] ou par téléphone : 01 86 95 95 59 

Depuis le début de la crise sanitaire en Europe, Cap Collectif mène une réflexion avec ses collectivités partenaires sur la manière dont sa plateforme de participation citoyenne peut être utilisée pour accompagner au mieux les actions de solidarité sur les territoires, en réponse à la crise sanitaire. 

Dans le contexte particulier du confinement, l’un des objectifs majeurs pour les collectivités territoriales est en effet d’assurer la continuité des services publics, d’informer au mieux les habitants et de protéger les citoyens les plus fragiles.

Cap Collectif s’est donc joint donc à l’effort national de lutte contre le Covid-19 en mettant à disposition de toutes les collectivités territoriales une plateforme d’entraide gratuite pour donner aux citoyens les moyens de prendre part à la gestion de la crise en collaboration avec les élus.

Après 2 mois de confinement, quel bilan peut-on tirer des démarches initiées sur les territoires ? 

Qui utilise notre plateforme d’entraide ?


A ce jour, 15 collectivités territoriales utilisent notre application d’entraide, dont : 


Comment est utilisée notre plateforme d’entraide ?


L’entraide entre particuliers 

Majoritairement, c’est l’aide entre particuliers qui a été privilégiée par les collectivités (70%). Les propositions de service entre pairs concernent principalement les gardes exceptionnelles d’enfants, les courses alimentaires ou achat de médicaments, le soutien psychologique ou l’aide aux démarches administratives. 


Le recensement des producteurs et commerçants locaux

Dans le sillage de la Ville de Courbevoie, les collectivités sont également nombreuses à avoir utilisé la plateforme pour recenser les producteurs et commerçants locaux livrant à domicile pendant la crise (24%). 

Le département des Deux-Sèvres a même concocté une rubrique spéciale “Votre table de Pâques”, recensant les commerçants et producteurs du territoire permettant de concocter un vrai repas de fête malgré le contexte.

Le soutien aux personnels soignants

Dans une région Grand Est particulièrement touchée par le virus, la Ville de Mulhouse a pour sa part organisé la solidarité avec ses personnels soignants, principalement axée sur la mise à disposition de logements à proximité des hôpitaux et le don de matériel.

Du côté de la Bourg-la-Reine, les enfants ont été mis à contribution pour déposer en ligne des dessins de soutien aux personnels soignants. Asma, 7 ans, fait partie de ces artistes en herbe. 


L’aide aux récoltes

Quant à la Province de Namur, en Belgique, elle a choisi d’utiliser la plateforme pour faire face à la pénurie de travailleurs saisonniers dans les secteurs horticoles et agricoles.


La confection de masques 

Enfin, la métropole d’Orléans propose également aux habitants des 22 communes du territoire de confectionner des masques, en leur livrant un kit (pièces de tissu, élastiques et bobine de fil) pour la confection de 35 masques, à l’aide du tutoriel de l’AFNOR. Près de 400 personnes se sont déjà portées volontaires…

Combien de personnes utilisent notre plateforme d’entraide ?


A ce jour, 2000 propositions de service ont été déposées depuis le début de la crise… permettant plus de 500 mises en relation directe entre particuliers (toutes les collectivités n’ayant pas activé cette fonctionnalité).

Au-delà des prises de contact directes entre pairs, la plateforme a également permis aux collectivités de repérer et accompagner des bénévoles vers les besoins des associations engagées dans la lutte contre le Covid-19, comme en témoigne Jean Gaujal, chargé de projets numériques à la Direction de la Démocratie, des Citoyen.ne.s et des territoires : “Nous avons aussi envisagé la plateforme idee.paris comme un soutien aux initiatives d’entraide nécessitant dons et volontaires en cette période de crise sanitaire. Ainsi, chacun peut trouver sur idee.paris.fr les actions d’associations, de collectifs citoyens, de la Ville de Paris et de sa Fabrique de la Solidarité, ainsi que celles de la plateforme jemengage.paris.fr qui met en relation associations et bénévoles. Cela nécessite un important travail de conseil et d’orientation de chaque usager en personnalisant nos réponses à leurs souhaits d’engagement. »