Le local, territoire naturel de la participation citoyenne ?


Dans le “secteur” de la participation, le “local” bénéficie d’un présupposé favorable. D’une part, les consultations organisées touchant au plus près les habitants sur leur territoire sont susceptibles de plus facilement mobiliser (à la différence par exemple de consultations nationales où les enjeux paraissent plus abstraits et éloignés). D’autre part, la participation peut s’appuyer sur une histoire puisque depuis les années 70, de nombreux dispositifs ont été mis en place sur des projets d’aménagement urbain principalement, de manière volontaire ou sous l’impulsion du législateur. On ne démarre ainsi jamais totalement de zéro.

A l’inverse, le “local” est confronté à un enchevêtrement des compétences des différentes collectivités qui rend difficile à expliquer ce qui peut être du ressort de la collectivité qui est à l’initiative de la consultation et sur ce quoi elle n’a aucune capacité d’action. Par ailleurs, la tension sur les moyens financiers des collectivités peut nourrir le doute sur le réel crédit du processus : les participants peuvent questionner la réelle “place” pour des idées alternatives ou nouvelles, si au final c’est bien la logique de restriction budgétaire qui prime. 

Faire participer plus ou faire participer mieux ?


On fait souvent référence au désir croissant de participation des citoyens. Avec comme réponse à apporter à ce désir croissant, davantage de participation. Pourtant, il existe souvent déjà de nombreux dispositifs de participation soit méconnus soit boudés par les habitants. Comment les redynamiser ? Comment les articuler à l’utilisation des plateformes numériques ?

  • Élargir la participation par le numérique 

Les plateformes ont pour premier avantage de vous permettre de toucher un public plus large, qui n’a pas le temps ou l’envie de se rendre aux réunions publiques, tout en offrant un cadre de débat maîtrisé et constructif qui contraste avec les réseaux sociaux.

Le numérique permet une facilité de participation puisque tout un chacun peut avec son simple mail et en un temps limité contribuer, comme il veut, quand il veut.

Nous pensons que le numérique a une dimension transformatrice importante et peut permettre de “pousser” un peu plus loin la logique de la participation, en introduisant davantage de transparence dans l’ensemble du dispositif et en permettant notamment une plus grande traçabilité des impacts et apports des consultations : les contributions et les réponses sont en effet publiées dans un même espace.

Toutefois, il est assez clair que si le numérique facilite la participation, il n’apporte pas en soi de réponse à la question centrale de la “motivation” à participer.

  • Organiser le retour vers les participants par une communication régulière

Le principale frein à la participation est l’intuition que “tout ça ne sert à rien , c’est juste de la com”. La “preuve” que la participation sert à quelque chose est à fournir par vous, par des éléments de preuve concrets que vous avez intégré des propositions des habitants ou que vous ne les avez pas intégrées mais en justifiant ce choix auprès d’eux. Cet effort sur la durée de revenir vers les participants pour leur apporter ces précisions sera toujours plus payant que les “odes” à la participation que plus grand monde n’écoute.

  • Penser la cohérence d’ensemble

Cette cohérence est mise à mal aujourd’hui par une superposition des instances et des dispositifs. Nombre de collectivités ont été amenées à traiter la difficulté  de mobiliser et convaincre de l’utilité de la participation par la création de nouvelles instances ou dispositifs. Il nous semble que c’est cette volonté d’aller au plus près des publics qui a présidé à la création d’instances ou dispositifs dédiés : conseil des jeunes, conseil des anciens, conseil des générations futures, conseil des entreprises, conseil de quartier, en plus des historiques CESEL ou Conseils de développement. Le risque de cet enchevêtrement de dispositifs dédiés est assez naturellement d’introduire une logique concurrentielle mais également de fragmentation de la société où chacun défend d’abord son point de vue depuis son statut (jeune, vieux, commerçant …) et moins la recherche de solutions communes. 

Développer une culture de la participation interne : la face immergée de l’iceberg ?


  • Le défi du collaboratif en interne 

Il s’agit là d’une dimension moins visible mais néanmoins bien présente de la participation : la dynamique collaborative “externe” mise en oeuvre ou du moins souhaitée entre citoyens et élus implique aussi une dynamique collaborative “interne”. Et celle-ci n’est pas forcément facile à mettre en oeuvre.

Les services “techniques” peuvent percevoir l’exercice comme une contestation de leur expertise mais également comme une charge de travail supplémentaire puisqu’ils sont sollicités pour analyser les contributions citoyennes, parfois nombreuses, en plus de leur travail quotidien.

Les élus restent encore partagés : certains sont très moteurs et portent réellement politiquement la démarche, voire en ont fait un enjeu de leur campagne puis de leur mandat.

Enfin, moins fréquent mais néanmoins tout aussi problématique, les relations entre le service participation et le service communication se révèlent parfois ambivalentes : au-delà des classiques enjeux de ressources, périmètres, budgets, “par nature” le service communication tend à vouloir valoriser l’action de la collectivité (passée comme future) là où le service participation va rechercher, voire stimuler, la critique.

  • De la participation citoyenne à une réflexion plus ambitieuse sur la gouvernance

Nous le répétons à l’envie, “l’enjeu n’est pas de participer” mais de rendre ouverts et transparents nos processus décisionnels. La participation est en cela indissociable d’un effort de transparence pour justifier les décisions prises auprès des habitants et rendre publics les avis de tous les acteurs (des services aux associations en passant par les représentants d’intérêt privés) qui ont été consultés pour nourrir les décisions. Sans cet effort, la participation ne peut réellement devenir un levier de transformation de l’action publique susceptible de ramener la confiance et restera cantonnée à un exercice sympathique, démocratique mais sans réel enjeu ni impact.