Visuel article développement

L’équipe Technique de Cap Collectif regorge de talents. Cette semaine, Amélie Tamisier vous explique comment l’équipe a créé un guide de style destiné à Cap Collectif.

Le guide de style – style guide en anglais – permet aux développeurs de regrouper et uniformiser les éléments visuels génériques qu’on retrouve sur notre plateforme. C’est alors une référence commune pour toute l’équipe. L’objectif ? Accroître l’efficacité lors des différents développement web !

Pour les novices, quelques précisions : un guide de style est une bibliothèque de composants réutilisables, c’est une référence commune pour toute l’équipe. Celui-ci permet d’avoir un code plus propre, plus cohérent et maintenable. Il est utile pour un projet qui est amené à évoluer dans le temps.

Retrouvez le guide style ici.

Logo e-Bastille

e-Bastille, branche française de l’Internet Society, lance la première plainte groupée contre Facebook, pour dénoncer les violations des droits numériques des citoyens. Cap Collectif soutient son action.

Cyril Lage, fondateur de Cap Collectif, s’engage avec 19 personnalités aux côtés de l’ONG e-Bastille afin de « faire respecter nos libertés individuelles sur internet et nos droits en matière de protection de nos données personnelles ».

Profondément ancré dans l’ADN de Cap Collectif depuis sa fondation en 2014, le respect des données personnelles est l’un de nos fondements. Celui-ci se manifeste par une politique open data sur l’ensemble de nos plateformes et une politique commerciale qui s’interdit toute forme de marchandisation des données des citoyens.

Ainsi, Cap Collectif, par la signature de son co-Fondateur et Président Cyril Lage, s’engage aux côtés d’e-Bastille dans cette action de groupe en justice pour la protection de nos données personnelles contre Facebook, qui au delà de sa popularité, se distingue par le manque d’attention porté à la protection de nos données personnelles.

Le manifeste

DECLARATION CITOYENNE POUR LA PROTECTION DE NOS DONNEES PERSONNELLES

Grâce à l’entrée en vigueur du nouveau Règlement Général pour la Protection des Données au sein de l’Union Européenne, nous sommes en droit d’avoir :

  1. le choix d’utiliser — ou non — nos données de façon libre et éclairée

Les grandes entreprises qui concentrent notre attention sur Internet, les GAFAMI en particulier, ne sont pas à la hauteur de ces revendications légitimes. Facebook, tout particulièrement, se distingue semaine après semaine par le manque d’attention porté à la protection de nos données personnelles. En témoignent les multiples fuites de données liées à l’affaire Cambridge Analytica, la collecte en toute opacité de nos données de santé, celles liées à nos opinions politiques, nos orientations sexuelles, nos croyances religieuses… sans parler de l’impossibilité de s’opposer à leur traitement. A ces titres, nous considérons qu’en l’état actuel, Facebook est en infraction nette avec les juridictions européennes qui réglementent la gestion de nos données.

Nous unissons donc nos voix autour de l’initiative e-bastille, portée par l’ONG Internet Society France, pour demander réparation à Facebook en lançant la première action de groupe en justice pour la protection de nos données personnelles. Nous exigeons la cessation des 7 manquements constatés afin de s’assurer du respect de nos droits et réclamons 100 millions d’euros de dommages et intérêts.

Nous sommes 370 millions de citoyens européens sur Facebook, toutes et tous concernés. D’ici le début du procès, soyons nombreux à reprendre en main notre destin numérique en donnant mandat à l’Internet Society France pour nous représenter dans le cadre de cette action de groupe en justice face à Facebook.