Le 13 décembre dernier, nous avons invité la trentaine de collectivités territoriales faisant partie de notre réseau de clients à participer, pour la 3e fois, à une journée qui leur était spécialement consacrée.

Une nouvelle fois, tout le monde a joué le jeu de l’échange et du partage sur les différents ateliers que nous avions préparés autour de l’animation territoriale de son budget participatif, la place des instances consultatives dans les démarches de consultation et la feuille de route technique qui nous a permis de présenter les futures évolutions de la plateforme prévues en 2019.

Un grand merci donc à nos clients de la Région Bretagne et des villes de Bourg-la-Reine, Clermont-Ferrand, Epinay-sur-Seine, Grenoble-Alpes Métropole, Le Mans, Lille, Nantes, Mulhouse, Saint-Herblain, Chaville, Orléans et Paris d’avoir pu faire le déplacement jusqu’à nous !

 

Bonus : le témoignage en vidéo de Nadia Wolff (Grenoble-Alpes Métropole) et Aude Castelnau (Epinay-sur-Seine). Merci à elles 🙂

Hervé Lièvre est premier maire adjoint à la commune de Chaville, dans les Hauts-de-Seine, et conseiller territorial de la communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest. Comme de nombreuses collectivités, Chaville s’est rapproché de Cap Collectif pour obtenir des informations sur la mise en place d’un budget participatif et d’une plateforme numérique permettant de toucher une population diverse et nombreuse. En préalable, il a donc suivi une formation d’une journée dans nos locaux et cette formation lui a permis de poser toutes les questions pour lesquelles il avait besoin de réponses concrètes.

Son témoignage

Verbatim

« Nous lançons notre budget participatif à Chaville, et c’est une première. Certes on est allé voir sur l’internet ce qui existait dans d’autres communes, voisines ou éloignées, mais il nous semblait nécessaire d’approfondir nos connaissances sur le sujet et de partager les expériences. »

« Donc nous avons sollicité cette formation auprès de Cap Collectif, et nous en sommes très satisfaits. En effet on a pu apprendre d’une part les techniques, d’autre part des expériences, des échanges, les possibilités et les difficultés que l’on peut rencontrer dans ce genre de projet. »

« Je retiens deux aspects particulièrement intéressants, au-delà de toutes ces informations, c’est d’une part la nécessité d’avoir une plateforme — au sens informatique du terme — une plateforme numérique efficace, qui est si possible expérimentée, qui permet de traiter de tous les sujets — et de bien les traiter, notamment au point de vue des opérations de sélections, de votes, qui sont simples en elles-mêmes mais parfois assez subtiles à mettre en oeuvre dans la réalité. Par ailleurs l’importance qu’il y a de motiver les personnes physiques, les agents de la collectivité, pour traiter les sujets et au premier chef les projets qui seront déposés. »

 

En savoir plus sur les formations Cap Collectif