Le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, lance une consultation citoyenne de grande ampleur (à l’échelle nationale, ouverte jusqu’à l’automne) autour de la réforme des retraites afin que chaque citoyen puisse contribuer à la réflexion autour d’un système universel de retraite. Respectant la méthodologie Capco en la matière, le Haut-Commissariat s’engage à lire et intégrer l’ensemble des contributions à une synthèse qui restituera la diversité des arguments et des possibles, et il répondra aux contributeurs dont les propositions auront été les plus soutenues et les plus débattues.

Un projet de société qui nous concerne tous

Le lancement de cette plateforme participative, propulsée par Capco, s’inscrit dans une démarche innovante plus large que la plateforme elle-même : ainsi, par exemple, vingt citoyens d’horizons et de profils variés, choisis parmi la communauté de la plateforme change.org, ont été réunis la semaine dernière au Ministère des solidarités et de la santé lors d’un atelier participatif pour se projeter en 2040 et explorer les possibles futurs de notre système de retraite.

Jusqu’en octobre, huit rencontres ouvertes à tous seront également organisées dans toute la France métropolitaine, pour débattre et approfondir les propositions issues de la plateforme numérique.

Au terme du dispositif participatif, un atelier synthèse et de clôture sera organisé par la Commission nationale du débat public et la Direction interministérielle de la transformation publique pour produire un « avis citoyen », remis au Haut-Commissaire.

S’il est bien un détail auquel nous faisons attention chez Capco, c’est la diversité des collaborateurs qui nous rejoignent. Comme l’a peut-être dit le poète Jean-Pierre Raffarin : ces parcours de vie qui creusent le sillon de nos existences et forgent la richesse d’une équipe.

C’est donc avec une joie indicible que nous accueillons Sylvain Firer parmi nous. Sylvain double mathématiquement l’équipe de Louise, notre responsable de l’assistance client. Il sera notamment le garant de la bonne maîtrise de la plateforme par nos clients et leur formateur sur le paramétrage de leur instance.

Il nous manquait un docteur en philosophie dans l’équipe, nous sommes heureux de l’intégrer aujourd’hui. Il nous manquait un pratiquant de boxe thaï ayant fait des études à Uppsala, coucou le voici. Il nous manquait un type passé par Science Po Lyon et Normale Sup, bienvenue à toi ! Il nous manquait un bonhomme ayant rédigé sa thèse sur les Anonymous, collaborant à un projet de blockchain et projetant de hacker son Furby : WELCOME HOME.

 

La commune de Magny-le-Hongre, collectivité de 8 500 habitants située dans la ville nouvelle de Marne-la-Vallée en région parisienne, a décidé de se lancer à son tour dans le budget participatif grâce à une plateforme Capco. Elle rejoint une communauté de villes et de métropoles de plus d’1,3 million d’habitants : Rennes, MulhouseMontreuilOrléans, CourbevoieClermont-Ferrand et Le Mans. Et nous sommes en discussion avec d’autres.

https://budgetparticipatif.magnylehongre.fr/

Le responsable de la démocratie locale à Rennes nous le disait récemment : « le budget participatif constitue un levier fort de participation, de création de lien social et d’innovation ». Le maire d’Orléans, pour sa part, est certain que « le budget participatif deviendra un élément de l’ADN des politiques locales ».

Mais il s’agit là de deux vastes territoires, deux capitales. Ce qui nous intéresse ici avec Magny, c’est qu’il s’agit d’un terrain de jeu inhabituellement modeste au regard des acteurs attendus sur ce genre d’exercice. Persuadés que le volume de participation n’est pas un critère décisif en soi, nous observerons donc avec intérêt les conclusions de cette première expérimentation à une telle échelle.

Les Hongrémaniens ont jusqu’au 15 juin pour faire des propositions d’amélioration de leur cadre de vie, dans la limite des 0,8 % du budget d’investissement réservés au budget participatif cette année.

Le Parlement wallon, qui vote des décrets ayant force de lois dans la moitié sud francophone de la Belgique, s’est équipé d’une plateforme Capco pour permettre aux citoyens de participer en toute transparence, avec des députés, à la rédaction d’une proposition de décret.

https://decret-tous.parlement-wallonie.be/

Inspirés par le modèle français de Parlement & Citoyens, nos amis belges pourront désormais goûter aux plaisirs de la rédaction collaborative de la loi. Depuis 2013, la plateforme de consultation permet aux parlementaires français de faire participer les citoyens à l’écriture de leurs propositions de loi, en toute transparence. De nombreuses expérimentations sont issues de ce projet citoyen militant, dont les plus récentes concernent les monnaies locales, la mise à jour de la constitution ou les droits et devoirs des élus.

Pour initier le mouvement, le Parlement de Wallonie a mis en place deux consultations :

A l’issue de chaque consultation — reprenant la méthodologie de Parlement & Citoyens — toutes les contributions seront intégrées dans une synthèse cartographique, qui servira de base aux députés wallons pour rédiger leur projet de décret. Les députés s’engagent à répondre aux contributions les plus votées par les citoyens, et ils s’engagent également à respecter un processus de participation intègre et transparent.

Pour en savoir plus :

C’est avec beaucoup de fierté que nous avons déployé la nouvelle version de la plateforme idee.paris, propulsée par la Ville de Paris.

La culture de la participation est un pilier des politiques publiques de la capitale depuis plusieurs années : Halle civiqueAteliers citoyens, Conseil des générations futures, conseils de quartiers, Conseil Parisien de la jeunesse, Conseil de la Nuit, application Dans Ma Rue (pour signaler des incidents de voirie), système de pétition en ligne (pour interpeller les élus), et évidemment le budget participatif de la Ville — sans doute le dispositif le plus connu avec son demi-milliard d’euros engagés jusqu’en 2020. La plateforme d’idéation Madame la maire, j’ai une idée, dont nous lançons une nouvelle version, fait partie du dispositif global permettant aux habitants de participer depuis plusieurs années à l’action municipale.

L’intelligence collective est notre plus grande force. L’échange et le débat sont nos outils les plus puissants. — Anne Hidalgo

Pour étrenner la plateforme, la mairie lance aujourd’hui une votation citoyenne autour du nouveau Plan Climat de Paris et compte sur « un grand moment de mobilisation ». Jusqu’au 3 juin, les Parisiens « dès 15 ans et quelle que soit leur nationalité » peuvent soutenir (ou pas) le Plan et/ou exprimer leur volonté (ou pas) de devenir volontaire du climat. Soit à travers des urnes dispersées dans toute la ville, soit (beaucoup plus confortable) sur cette nouvelle mouture du site idee.paris.

Pour Capco l’arrivée de Paris dans le giron des collectivités qui utilisent la plateforme est évidemment une grande fierté. Notre communauté file désormais vers la trentaine de territoires de toutes tailles ayant expérimenté la co-construction de la décision à l’échelle de l’habitant. Aujourd’hui, notre expérience et le périmètre fonctionnel de la plateforme Cap Collectif (budgets participatifs, consultations publiques, boîtes à idées, votations…) permettent vraiment toutes les configurations : c’est ainsi que des villes modestes, moyennes, grandes voire des métropoles, des départements ou des régions peuvent aujourd’hui décider de se lancer dans un projet participatif et bénéficier d’un appui méthodologique doublé d’un réseau apprenant.