Après Rennes, Orléans, Mulhouse et Montreuil (en attendant Le Mans), la ville de Clermont-Ferrand lance à son tour un budget participatif sur une plateforme Capco. Une nouvelle collectivité qui se lance dans cet exercice de démocratie contributive, ce n’est jamais anodin. Notamment quand il s’agit d’une collectivité majeure comme Clermont avec ses 140 000 habitants, et avec une métropole de bientôt 500 000 habitants.

Ce type de projet séduit de plus en plus les Français, comme le rappelle fort à propos un article récent du Monde. Et le maire, Olivier Bianchi, ne s’y trompe pas : « Notre ambition est de placer les Clermontois au centre de l’action municipale et des politiques publiques, afin qu’ils n’en soient plus uniquement les destinataires mais de véritables acteurs. »

Ouvert à tous les citoyens « sans condition de nationalité, dès l’âge de 11 ans, afin d’impliquer dès à présent les citoyens de demain dans la vie de la cité et les sensibiliser à l’intérêt général », le budget participatif clermontois représente l’équivalent de 5 % du budget annuel d’investissement municipal.

La phase de proposition des projets par le public s’étend jusqu’au 31 mars. Viendra ensuite une période d’instruction des projets par les services de la Ville, qui étudiera alors la faisabilité technique, administrative et financière de chaque projet. A l’automne, les Clermontois seront appelés à voter pour les projets retenus, qui seront ensuite réalisés à partir de 2019.